Accueil du site Canada

Welcome to Miami

Publié le lundi 27 novembre 2017, par alexis

Après une bonne douzaine d’heures de vol, nous voici enfin arrivés à l’aéroport de Miami. Il fait 17° dans l’aéroport et nous attendons nos bagages dans nos pulls en fourrure polaire. J’avoue être un peu déçue car la météo semblait pourtant être avantageuse sous ces latitudes. 10 minutes après nous sortons de l’aéroport et là c’est le choc. Il fait 27° degrés et l’American Dream peut commencer (je reviendrai un peu plus tard sur la grave pathologie des américains face à la climatisation).

Miami est une ville gigantesque aux allures de carte postale dans toute la partie Miami Beach (quartier touristique et très huppé en bordure de plages bordées de cocotiers) et un peu moins dans la partie Downtown (quartier d’affaires et quartiers d’habitation un peu moins glamours).

Nous logions dans Miami Beach dans un hôtel à 2 pas de la plage, mais nous n’en avons pas profité car pendant les 2 jours où nous y étions il a fait un vent de malade. Enfin, quand je dis “vent”, ne vous méprenez pas, il ne s’agissait pas d’un vent comme on en voit chez nous. Non ici, c’était plutôt la queue de l’ouragan Ida qui frappait au même moment le Salvador et la Nouvelle Orléans (encore !). Autant dire qu’il fallait s’accrocher aux palmiers.

Miami est la première ville de nos vacances et nous sommes donc un peu excités.
On prend notre premier petit déjeuner à la terrasse d’un restaurant très sympa et très typique et comme la nourriture ne nous fait pas peur on commande 2 petits déjeuners “continentaux”.

Entendez par là, une assiette remplie de patates frites, oeufs brouillés, toasts et bacons pour moi et pancakes et salade de fruits pour Jérémy. Pas donné mais généreux, très généreux sur les portions !!!!
On papillonne ensuite de la plage au sable blanc avec ses cabanes de sauveteurs dignes d’Alerte à Malibu, à Océan Drive (avenue célèbre de Miami Beach où l’ultra modernité des années 2000 se mêle à une ambiance un peu 30’s) et au front de mer dominé par des résidences de luxe.

Le quartier d ‘Océan Drive est célèbre pour ses hôtels Art Deco très bien rénovés (décoration des années 1930-40 assez graphique voire psychédélique, couleur pastel, drapeaux qui flottent au vent) et sa plage de 30 km de long.

Toute le front de mer est bordé d’une promenade très arborée (palmiers of course) et de cabanes de sauveteurs qui se baladent en quad !!

L’on y croise des joggeurs à l’américaine (petit short, bronzage impec et i pod) qui font des pompes, torse nu devant l’océan, des mémées coincées qui promènent leur chihuahua ( je précise que les USA sont le pays des chihuahuas moches et souvent habillés avec un t shirt ou une casquette - flippant), un peu de touristes, des familles US ultra bright et puis des voitures.
Ah…. les américains et les voitures. Enormes 4*4, monstrueux Hummer (voire Hummer limousine pour les plus chics), décapotables de fous, voitures des années cinquante brillantes et laquées ; il y en a pour tous les goûts…. enfin pas pour ceux qui aiment les petites voitures.

Le soir venu, tout se petit monde se retrouve sur 2 avenues de Miami Beach : Océan Drive et Lincoln Road. Alignement de restos, shows de drag queen, charmeurs de boas constrictors pour la première et bars tendance et défilé de tops en petite tenue pour la seconde.

Ça dépayse et ça décoiffe même !!!!

Nous restons 2 jours à Miami, le temps de se promener, de faire quelques boutiques, de découvrir de nouvelles saveurs dans les restos et de marcher sur la plage.

Je m’attendais à voir au coin des rues un tournage des Experts ou de Dexter mais malheureusement je devrai me contenter de reconnaître les coins de tournage à la télé.

Après avoir pris notre voiture de location (automatique ;)) on se dirige vers les Keys, à environ 200 km de Miami.


Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier