Accueil du site Paris Ile de France

Abus des psychiatres dans nos tribunaux

Publié le jeudi 24 mai 2012

De nombreux psychiatres sont aujourd’hui présents dans les tribunaux, et effectuent des expertises psychiatriques pour déterminer la responsabilité pénale des criminels. Ils prétendent que si une personne est atteinte d’un trouble mental, alors elle n’est pas responsable de ses actes, et que sa place est donc dans un hôpital psychiatrique, et non en prison.

Les psychiatres utilisent le DSM (le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) à cette fin. Or aucun test ne permet de mettre en évidence l’existence de ces troubles. Il est écrit dans ce manuel qu’on ne peut pas définir le terme « trouble mental », et que cet ouvrage n’est pas adapté à un jugement légal concernant la responsabilité d’une personne. On peut voir que ceci n’est pas pris en compte dans notre système judiciaire.

De plus, une loi votée en mars 2012 donne encore plus de pouvoir aux experts psychiatres. Cette nouvelle législation prévoit d’augmenter le nombre de psychiatres, ainsi que leurs revenus pour favoriser leurs expertises.

Cette loi représente une menace pour la France. Elle risque d’augmenter considérablement le nombre de détenus soumis aux traitements destructeurs de la psychiatrie. Rappelons que les médicaments psychiatriques peuvent entraîner de graves effets secondaires. La plupart d’entre eux peuvent pousser à la violence, à des homicides ou au suicide.
Le Ministère de la Santé estime déjà qu’un tiers des détenus est sous psychotropes.
La psychiatrie ne soignera pas les criminels, mais risquera d’accroître leur agressivité, et nous pouvons nous attendre à un grand nombre de récidivistes.

Nous observons aujourd’hui l’infiltration de la psychiatrie dans de nombreux domaines de notre société : entreprises, écoles, et même la justice. Le résultat est un nombre effrayant de personnes droguées et détruites par ses traitements.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme dénonce les abus psychiatriques depuis 38 ans en France, et voit tous les jours les ravages de cette discipline et de ses traitements dans notre société. L’association sensibilise des milliers de citoyens à ce sujet.

Pour plus d’informations, visitez le site Internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez-nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou par email à ccdh@wanadoo.fr.


Voir en ligne : www.ccdh.asso.fr

Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier