Accueil du site Paris Ile de France

La CCDH manifeste contre le Congrès de l’encéphale

Publié le jeudi 9 février 2017

La CCDH manifeste contre le Congrès de l’encéphale

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme (CCDH) a manifesté contre le Congrès de l’encéphale le vendredi 20 janvier entre 13h et 14h devant le Palais des Congrès à Paris. Les bénévoles ont dénoncé les traitements inhumains et dégradants pratiqués quotidiennement dans les établissements psychiatriques français. La CCDH n’a pas manqué de rappeler que les organisateurs de ce congrès travaillent également pour plusieurs grands laboratoires pharmaceutiques.

La CCDH manifeste contre le Congrès de l’encéphale
Alors que les Français sont de plus en plus méfiants quant à l’efficacité des traitements psychiatriques « ordinaires » comme les psychotropes, l’enfermement ou la contention, les psychiatres veulent redorer leur image et parlent désormais « d’innovation » ! C’était le thème de leur congrès.
Cependant, pour les psychiatres, l’innovation se résume aux électrochocs, à la Stimulation Magnétique Transcrânienne ou encore la Stimulation cérébrale profonde.
La stimulation cérébrale profonde consiste en l’implantation d’électrodes de stimulation dans le cerveau pour induire un courant électrique à haute fréquence (100 à 200 Hz). À ces fréquences, la stimulation entraîne des lésions, exactement comme les pics à glace introduits dans le lobe oculaire ou encore la lobotomie le faisaient il y a quelques décennies. La seule différence est que la lésion n’est plus « physique » mais « électrique »...
La CCDH rappelle d’ailleurs que le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) avait été saisi sur les implications éthiques de ce « traitement » et émis de nombreuses réserves au vu de sa dangerosité.
Selon le co-fondateur de la CCDH, le Dr Thomas Szasz, Professeur émérite de psychiatrie, à propos des électrochocs :
« C’est de la barbarie. Je ne l’ai jamais utilisé et je ne voudrais jamais l’utiliser. Je ne peux même pas imaginer que je pourrais le recommander. Si quelqu’un me questionnait à ce sujet, j’avancerais que les neurologues font tout leur possible pour empêcher des attaques chez les personnes qui sont atteintes d’épilepsie, car chaque fois qu’une personne a une attaque, son cerveau est endommagé. Cependant, les psychiatres affirment que le fait de provoquer une attaque est une forme de traitement. Mais alors, l’histoire de la médecine est remplie d’exemples de ce qu’on appelle des cures qui étaient en fait nuisibles. »
L’association rappelle également les conflits d’intérêt des organisateurs de ce Congrès qui travaillent en partenariat avec de grands laboratoires pharmaceutiques. C’est le cas par exemple du Psychiatrie Henri LOO, exerçant à Sainte Anne, ayant bénéficié de 7 avantages avec les laboratoires Lundbeck, Ostuka Pharmaceutical France, Servier, Astrazeneca, Bistrol-Myers Squibb et Icomed. C’est également le cas du Psychiatre OLIE Jean-Pierre, exerçant lui aussi à Sainte Anne, ayant signé 11 conventions de partenariats avec les laboratoires Lilly, Lundbeck, Janssen-Cilag, Pierre Fabre Médicament et Astrazeneca ainsi que 25 avantages avec de nombreux laboratoires.
La CCDH a ainsi manifesté avec succès contre ce Congrès afin de dénoncer publiquement les actes de barbaries des traitements psychiatriques que subissent chaque année des dizaines de milliers de patients.
La CCDH est une association spécialisée dans la protection des droits de l’Homme dans le domaine de la santé mentale. Nous sommes très attachés au fait que les patients ne soient plus victimes des nombreuses dérives rencontrées dans les soins délivrés par la psychiatrie.

Contact : 01 40 01 09 70

www.ccdh.fr



Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier