Accueil du site Paris

Paris le 27 juin 2015 : un millier de personnes a manifesté contre les abus psychiatriques !

Publié le lundi 6 juillet 2015

Alors que la France est un des pays les plus psychiatrisés d’Europe avec un taux de consommation de psychotropes par habitant très élevé et des internements sous contrainte qui ne cessent d’augmenter, certains psychiatres et associations de patients financés par les laboratoires pharmaceutiques font un lobbying intensif auprès des parlementaires et du gouvernement pour organiser un dépistage systématique des troubles mentaux dans les écoles et la mise sous camisole chimique des enfants.
L’association Hypersupers TDAH France (Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité) financée par le laboratoire Shire, laboratoire qui commercialise le Quasym (l’équivalent de la Ritaline) a demandé à la plus haute instance de santé, la Haute Autorité de Santé, de réaliser un rapport sur l’hyperactivité des enfants. Pour le plus grand profit des labos, cette étude ouvre la voie à un plus large dépistage de cette pseudo-maladie et donc à davantage de prescriptions de Ritaline, une drogue susceptible de détruire nos enfants.
La CCDH rappelle que plus de 76 000 internements sous contrainte ont lieu chaque année. Tous les jours, ce sont 200 Français qui sont privés de leur libertés les plus fondamentales pour être enfermés dans les hôpitaux psychiatriques. Des traitements dégradants et inhumains y sont pratiqués tous les jours : contention, enfermement dans des chambres d’isolement, interdiction de sortie ou de visite de la famille, séances d’électrochocs, etc.
Et à quel coût ? En 1 an : 21 millions de journées d’hospitalisations en hôpital psychiatrique ont été comptabilisées totalisant un coût pour le contribuable de 9,5 milliards d’euros. Les remboursements effectués par l’Assurance maladie pour des traitements psychiatriques atteignent 13 milliards d’euros par an.
Ces « traitements » sont subis par des milliers d’innocents chaque jour. La CCDH aide des milliers de victimes d’internements abusifs. Une histoire ou plutôt le combat d’un homme au courage incommensurable nous a particulièrement touchés, celui de Jean-Louis Caccomo.
Jean-Louis Caccomo est Docteur en sciences économiques et actuellement maître de conférences à l’université de Perpignan. Auteur de nombreux ouvrages sur l’économie, il est un brillant économiste reconnu internationalement. Du jour au lendemain il s’est retrouvé interné sous contrainte en psychiatrie, et ce en toute illégalité par le directeur de l’université dans laquelle il travaille. Il a manifesté auprès de CCDH le 27 juin et a fait un discours pour clôturer la manifestation.
Il témoigne : « J’ai été emmené à l’hôpital psychiatrique de Thuir et interné mi-février 2013. Après des mois sans durée, j’ai été transféré à la clinique Rech de Montpellier le 4 avril 2014 pour y subir douze séances d’électrochocs (sismothérapie ou ECT), auxquelles j’ai miraculeusement échappé. J’ai été rendu à la liberté le 16 juin 2014. Je fête donc aujourd’hui un anniversaire spécial pour moi, à l’occasion de mes 52 ans »
Pour plus d’information, ou pour obtenir davantage de photos et de vidéos de l’évènement, contactez la Présidente de l’association au 01 40 01 09 70 ou à ccdh@wanadoo.fr


Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier