Accueil du site Paris Ile de France

Trop de drogues psychiatriques aux enfants !

Publié le lundi 19 mars 2012

En France, les enfants sont de plus en plus sujets à des dépistages de troubles psychiatriques, aboutissant la plupart du temps à une prescription de psychotropes.

Les enseignants et infirmiers scolaires peuvent maintenant être formés par les psychiatres pour détecter les « comportements à risques » dans les écoles.
Les moindres faits et gestes des enfants sont alors surveillés puis associés à des troubles psychiatriques. Que ce soit de l’agitation, du bavardage en classe, de la timidité, des difficultés scolaires, ou du temps passé devant l’ordinateur et les jeux vidéos, il existe une étiquette « maladie mentale » qui convient.

Il n’y a pourtant aucune preuve scientifique que ces troubles mentaux existent réellement. Les médecins se contentent de poser un diagnostic en quelques minutes sans même connaître l’enfant et sans effectuer de tests médicaux démontrant clairement la présence d’une maladie à soigner.

Nous assistons aujourd’hui à une promotion de la maladie mentale. Cette dernière a entraîné en France une augmentation du nombre de jeunes sous drogues psychiatriques.
63 000 adolescents et 21 000 enfants prennent des antidépresseurs.
Bruno Toussaint, le rédacteur en chef de la revue Prescrire, a récemment affirmé que le nombre de boîtes mensuelles de Concerta et de Ritaline vendues n’a cessé de croître au cours des dernières années : on est passé de 113 400 boîtes en 2006 à 160 000 en 2009.

Un diagnostic psychiatrique appelle à une prescription de psychotropes. Les psychiatres le savent. Et les enfants représentent un marché lucratif.
Selon un rapport parlementaire de 2006, le montant des remboursements de psychotropes assurés par la Sécurité Sociale est passé de de 317 millions d’euros en 1980 à 1 milliard d’euros en 2004.
L’industrie pharmaceutique – psychiatrique y trouve facilement son compte.

Mais les drogues psychiatriques peuvent être très dangereuses, et de nombreuses personnes en France en deviennent victimes et dépendantes.

Certains psychotropes sont susceptibles d’entraîner des hallucinations, des psychoses, de l’agressivité, des suicides, et même la mort. Ce sont des milliers d’enfants aujourd’hui en France qui peuvent ressentir ces effets incontrolables et dévastateurs.

Les familles et la population en général doivent être informées des risques liés aux médicaments psychiatriques. Il est de notre devoir de préserver les prochaines générations de ce fléau.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme dénonce les abus psychiatriques depuis plus de 35 ans en France. L’association est contactée chaque semaine par des victimes des traitements psychiatriques.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou au 06 28 06 59 16, ou par email à ccdh@wanadoo.fr.


Voir en ligne : www.ccdh.asso.fr

Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier