Accueil du site Pays de la Loire

Psychiatrie : histoire vraie

Publié le lundi 10 juin 2013

Les membres de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme ont distribués des prospectus le lundi 3 juin 2013 de 16h à 17h dans la rue Lenepveu à Angers pour dénoncer les erreurs de diagnostics réalisées par certains psychiatres qui peuvent s’avérer très dangereux pour leurs patients.

Il y a environ 15 jours, un enfant de moins de 10 ans ne restait pas tranquille dans la salle de classe, à l’école, et la maîtresse a jugé bon de dire aux parents d’envoyer leur fils chez un psychiatre. Les parents ont écouté la maîtresse et sont donc allés voir le psychiatre. Le résultat a été, une ordonnance pour un médicament psychotrope.

Très peu de temps après, la maman du garçon, patiente d’un médecin généraliste de Château-Gontier, est allée voir son docteur, en lui disant que son fils prenait tel psychotrope suite à des problèmes en classe... etc, car elle était inquiète pour son fils qui se trouvait bien plus mal qu’avant, il était comme un légume, ne parlait plus. Le docteur lui a dit « emmener moi votre fils, je veux le voir et lui parler. »

Quelques jours plus tard, le papa et son fils arrive pour voir le médecin généraliste et ce dernier l’ausculte. Il mettra peu de temps à suspecter un problème auditif chez cet enfant qui répondait au médecin quand celui-ci lui posait des questions en étant près de lui mais qui ne lui répondait pas lorsqu’il était plus loin. Donc le docteur a dit au papa de l’envoyer faire plusieurs examens pour confirmer ou non son diagnostic.

Il se trouve que ce jeune garçon n’avait plus que 3% de faculté auditive et que c’est la raison pour laquelle il n’écoutait plus en classe ou était agité, il était presque sourd. Aujourd’hui il est prévu qu’il se fasse opérer pour récupérer ses facultés auditives, et ce, grâce à son médecin généraliste.

Cette histoire témoigne du fait que beaucoup trop de diagnostics réalisés par des psychiatres ne sont basés que sur une « observation » de peu de temps de la personne qu’ils ont en face d’eux et qu’aucun examen n’est réalisé afin de vérifier si aucune cause physique ne serait pas responsable du problème de cette personne.

Le DSM est responsable de ce genre d’erreurs car les psychiatres se focalisent uniquement sur les troubles mentaux au lieu d’être de bon médecin observant réellement leurs patients en vue de les guérir.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme dénonce depuis près de 40 ans en France les abus de la psychiatrie. L’association reçoit chaque semaine de nombreux témoignages de victimes et de familles.

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdhbretagne.org ou contactez-nous par téléphone au 02 41 34 60 03 ou par mail à ccdhbretagne@free.fr


Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier