Accueil du site Rhône-Alpes

AARON + LILLY WOOD & THE PRICK + NADEAH le 27 mai à Crest

Publié le mardi 17 mai 2011, par communiqué de presse



AARON + LILLY WOOD & THE PRICK + NADEAH le 27 mai 2011 à l’Espace Soubeyran à Crest (26) à 20H30.

AARON (pop folk) Nouvel album « Birds in the Storm ». Initié en 2004 par le duo Simon Buret et Olivier Coursier, AaRON se fait remarquer par une chanson, "U-Turn (Lili)", qui tombe entre les mains du réalisateur Philippe Lioret et finit sur la BO de son film "Je vais bien, ne t’en fais pas". Le duo d’AaRON diffuse une pop mélancolique, sous forme de ballades nébuleuses, chantées en anglais. AaRON sort son premier album, "Artificial Animals Riding on Neverland" en 2007, et c’est le succès unanime. Aaron, un drôle d’animal lunaire tombé dans la galaxie pop-folk française. Enregistrer un deuxième album, c’est en tout premier lieu tout faire pour le réussir. Ne pas y penser, même s’il y a beaucoup de cela, est un exercice périlleux. Après un miracle sidérant (un premier disque double platine), il fallait à la fois beaucoup de détermination et d’insouciance pour écrire une autre histoire. AaRON est donc un curieux groupe, comprenez un tandem atypique qui fait de son association magnétique une magie prolongée. Simon et Olivier. Ils sont deux, et parfois un seul ensemble. Souvent un son unique. Semblables dans leur attirance pour le danger de la création. Différents dans la manière de jouer avec ce vertige. Gémellaire affaire, soumise à la tentation extrême de ne s’incarner que dans la beauté des sentiments. Cela s’appelle de fait une sorte d’exigence romantique. Il faut écouter ce nouvel album d’AaRON « Birds in the Storm » pour comprendre que ce groupe est Viscontien. Parce qu’ici tout est histoire de lumières, de climats, d’arrangements, d’une certaine obsession du soin de décor et de la mise en scène de chaque chanson. Beauté majuscule, Simon Buret est une sorte de héros abrasif engagé dans ses chansons comme on entre en religion, avec l’impatience chevillée au corps. Elégance tout aussi majuscule, Olivier Coursier emboite l’ombre envoûtante de cette passion fébrile projetée par Simon. L’un court, l’autre pas toujours. Ils se sont enfermés chez eux pour enregistrer leurs nouvelles chansons. Non pas par désir d’autarcie, mais plutôt par besoin de se sentir encore artisans alors que le succès les poussait naturellement à se transformer en professionnels de la profession. AaRON ou la maîtrise du temps et de ce qu’il convient d’appeler une forme de liberté. Liberté de langage, de composition, de forme. >>> http://www.aaronwebsite.com/

LILLY WOOD & THE PRICK (folk pop) Le combo semble tout droit sorti de la forêt enchantée d’un conte de Lewis Carrol. Influencé aussi bien par Johnny Cash et Patti Smith que Joy Division ou The Kills, le duo parisien joue un folk électrique aux mélodies pop, porté par l’incroyable voix incandescente, éraillée aux relents soul, de la chanteuse Lilly. Après avoir enchaîné les dates dans les clubs rock de la capitale, posté sur internet une reprise du titre « L.E.S. Artistes » de la chanteuse américaine Santogold, qui a été relayée par la presse musicale et les blogs en France et en Angleterre, leur EP digital « Lilly Who and The What ? » se classe premier des ventes d’albums indépendants sur Itunes au printemps dernier. >>> http://lillywoodandtheprick.com/

NADEAH (folk rock) Nouvel EP « Odil » en mai 2011 // « Nadéah is Venus Gets Even » – sortie prévue en septembre 2011 Sur scène, elle a l’habitude de communiquer au public son credo : “Whatever happens make something good of it” (« quoi qu’il arrive, faites-en quelque chose de positif »). Après avoir découvert, gamine, dans la collection de disques de sa mère Pink Floyd ou Led Zeppelin, elle a craqué sur Michelle Shocked. La folkeuse américaine à l’esprit punk lui a montré la voie : dès l’adolescence, Nadéah a appris en autodidacte à se servir d’une guitare et de ses cordes vocales pour célébrer ses joies ou évacuer ses peines. C’est avec un guitariste français, en Angleterre, qu’elle fonde son premier groupe, the Lovegods, cette furieuse formation électrique se produit en première partie de Nick Cave ou de Franz Ferdinand. De retour à Paris, elle rencontre le chef d’orchestre et compositeur Nicola Tescari. De manière naturelle, elle se remet à écrire, couche sur papier les émotions que lui procurent la « ville lumière » et la culture française. Conquis par sa voix et sa personnalité, Marc Collin lui propose de collaborer au projet Hollywood Mon Amour puis de rejoindre la tournée de Nouvelle Vague sur scène et de participer au 3e album du collectif français. Pendant les trois ans qu’elle tourne avec Nouvelle Vague, elle peaufine les chansons de Venus Gets Even, toutes nées d’émotions ressenties et d’histoires vraies. Bâties comme des courts-métrages ou des scènes de théâtre, ses compositions, qu’elles soient intrigantes, enjouées ou à même de mettre le bourdon, se trouvent toutes habillées d’étoffe éclatante, d’arrangements entraînants et de formes séduisantes. L’orchestration, riche et sophistiquée, conçue par Nicola Tescari, avec guitare, contrebasse, piano et des cuivres (ceux de Babylon Circus) évoque Tom Waits et ses accompagnateurs se lançant dans une comédie musicale pétaradante et classe. >>> http://www.myspace.com/nadeahmusic

TARIF : 25€ en prévente (+ frais de loc) // 28€ au guichet sur place // carte M’RA et chèque culture collège TOP DEP’ART acceptés en prévente à l’OT de Crest ou en résa par mail à communication@zigotoprod.com et sur place le soir même

HORAIRE : ouverture des portes à 19H30 et début du concert à 20H30 TOUTES LES INFOS sur http://www.zigotoprod.com


Faire un lien sur votre site (permet d'augmenter la popularité de votre communiqué de presse)

Copier